Collectif Jazz Bretagne
Accueil - Le Collectif - 100 ans du Jazz en Bretagne - Revue de presse - Liens - Contact

Jazz & Découvertes

Régis Huiban Septet
&
Le train Birinik

vendredi 13 mars 2015 à 20h30
Arthémuse de Briec

Nous continuons nos chemins de traverse du Jazz avec Régis Huiban Septet et "Le train Birinik" en présence de l’historien et conférencier Serge Duigou

Musicien breton, Régis Huiban compose, arrange et orchestre depuis plusieurs années une nouvelle musique traditionnelle, incluant swing, groove, improvisation et transe. Fort de multiples expériences scéniques, et mélangeant subtilement mémoire et création, il nous fait découvrir ainsi une autre image de l’accordéon chromatique en Bretagne.

Troisième volet du triptyque discographique en hommage aux passeurs de mémoire, Le Train Birinik nous invite à bord du petit train qui, autrefois, parcourait le sud du pays bigouden. Avec les fidèles musiciens de son quartet et un trio à cordes, il compose une bande son originale, où cheminent de multiples influences traditionnelles, populaires et jazz. Une traversée de paysages rythmés par des mélodies subtiles et surprenantes…

  • Régis Huiban (accordéon, accordina, voix)
  • Philippe Gloaguen (guitare)
  • Julien Le Mentec (contrebasse)
  • Loïc Larnicol (batterie)
  • Julie Bonnafont (violon)
  • Cécile Grenier (alto)
  • Mathilde Chevrel (violoncelle)
Loïc Larnicol
Cécile Grenier
Mathilde Chevrel
Julie Bonnafont
Julien Le Mentec
Philippe Gloaguen

en partenariat avec L’Arthemuse de Briec et l’École de Musique Diapason

Tarifs :
A : 10 € - B : 12 € - C : 15 €


Serge Duigou, né en 1948 à Pont-l’Abbé en pays Bigouden dans le Sud-Finistère, est un historien et un conférencier qui a pour centres d’intérêt et de travail l’histoire de la Bretagne et la défense et la valorisation de son patrimoine.

Études de langues et de lettres. Vit à Montréal au Canada de 1956 à 1960.

Ses recherches sont vulgarisées sous la forme de nombreux ouvrages, d’articles, de conférences (notamment au sein des Sociétés historiques et des Universités du Temps Libre de Bretagne) et d’accompagnement guidé pour les groupes. Ses nombreux champs de recherche concernent l’histoire maritime et urbaine de la Bretagne,le pays Bigouden, les révoltes populaires sous Louis XIV, le patrimoine architectural breton, les phénomènes migratoires entre Bretagne et reste du monde.

Il anime, en tant que rédacteur en chef adjoint, de 1983 à 2000, avec Jakez Cornou (directeur et rédacteur en chef), la revue d’études illustrée Cap Caval (histoire et ethnographie du pays Bigouden). Il fait partie de la nouvelle équipe lorsque la revue renaît en 2011, après dix années de silence.


Ouest-France
Pont-l’Abbé - 15 Avril 2013
Tchou, tchou faisait le train Birinik...
par Noëlle COUSINIÉ.

Le train Birinik empruntait un parcours buissonnier pour relier Pont-l’Abbé à Saint-Guénolé. Il transportait des voyageurs, des animaux, du poisson, des légumes.

Ah, le train Birinik ! Il est resté dans les mémoires des Bigoudens, ce petit train qui sillonnait le Pays entre Pont-l’Abbé et Saint-Guénolé. La ligne parcourait 17 km 900 mètres quand même. La tête de ligne se trouvait au-delà de l’étang, à la gare de Pont-l’Abbé-Ville, celle du Petit-Train, aujourd’hui transformée en Maison des jeunes. Le chemin de fer empruntait les voies étroites qui le menaient jusqu’à Plobannalec, puis il virait vers Treffiagat, Le Guilvinec, longeait la côte, remontait sur Penmarc’h pour mettre le cap sur Kérity et enfin arrivait à son terminus, Saint-Génolé.

« Il allait à son allure », sourit Marie, une ancienne Pont-l’Abbiste, qui, après un petit clin d’oeil ajoute : « C’est-à-dire très lentement. » Aussitôt une anecdote lui revient à l’esprit. « Mon mari l’avait pris pour un tournoi de foot qui se disputait au Guilvinec. Ça se passait à Pâques, en 1946 je crois. Mon mari est sorti du wagon, il a marché sur la voie et il allait plus vite que le train, ce qui faisait rire ses copains ! »

« Train du train-train »

Dans la charmante plaquette consacrée au train Birinik (1), Serge Duigou relate son épopée. « Le train Birinik était sans surprises. Train de travail, du quotidien, train du train-train. Sur son parcours, ses coups de sifflet vous dispensaient de montre, se substituaient aux volées de cloches comme balises temporelles du jour. Et puis, il collait au pays. »

Le train Birinik connaissait une impressionnante affluence les jours du marché de Pont-l’Abbé. Serge Duigou évoque les plaintes, la grogne des passagers dans la dizaine de wagons déjà bondés avant leur départ de Penmarc’h, relatée dans un article du Progrès de décembre 1909. « Que font alors les 250 ou 300 voyageurs qui attendent à Guilvinec, Treffiagat, Plobannalec ? Ils s’entassent les uns sur les autres aux cris de « Montez, montez vite, dépêchez-vous... » Ne voit-on pas plusieurs personnes arriver en sueur à l’une des gares du réseau ? Elles sont joyeuses en songeant au compartiment bien chaud et à la jolie banquette qui les attend. Hélas ! Elles trouvent une triste plate-forme exposée à tous les vents et à la pluie si fréquente dans cette saison. »

Le train, d’une capacité de 200 voyageurs, en accueillait jusqu’à 500 ! Les jours de foire, les petits cochons embarquaient aussi dans le train... Pour le pardon de la Tréminou, les gens de la côte revêtaient leurs plus beaux habits et se retrouvaient serrés comme des sardines dans le petit train qui les conduisait à la fête foraine très prisée de tous les Bigoudens. La gare de Pont-l’Abbé connaissait alors une intense activité puisqu’elle était le carrefour des lignes de Quimper-Pont-l’Abbé, Pont-l’Abbé-Pont-Croix et Pont-l’Abbé-Saint-Guénolé.

Le train Birinik devint train de marchandises en 1946. Le Transbigouden fit son dernier voyage le 29 juin 1963, deux couronnes mortuaires déposées à l’arrière du convoi.

(1) Quand nous prenions le train Birinik ; de Serge Duigou. Ed. Ressac.


Voir en ligne : http://regishuiban.com/

Jazz en Bretagne

Revue de presse

Les Cent ans de jazz en mer d’Iroise, fin août

Le 27 décembre 1917, le navire de guerre américain Pocahontas virait au large de l’île d’Ouessant avec, à son bord, James Reese Europe et les soixante musiciens de son Harlem Hellfighters brassband.
Pour fêter les 100 ans du jazz en Bretagne, le (...)


« 100 ans du jazz » en Finistère. Sessions à Ouessant et Quimper

Le Collectif Jazz Bretagne commémore les « 100 ans du jazz » dans la région. Il programme une session, du 24 au 27 août, lors du Salon international du livre insulaire d’Ouessant. Il envisage aussi un hommage au batteur Philippe Briand, avec la (...)


Antiloops. Le plein de groove !

Antiloops : un groupe qui jazze et qui groove autour de sa patronne, Ludivine Issambourg. La formation sera, le 3 juin, au Novomax à l’invitation du CJB de Fernand Tanguy et de Polarité[S]. Propos recueillis par Gilles Carrière Antiloops sera la (...)


Jazz. Une Cornouaille qui swingue !

La saison jazz tire déjà à sa fin en Cornouaille ! Sans conteste, le cru 2015-2016 est sorti des meilleurs fûts, tirant un nectar à la fois savoureux et roboratif. Au menu : une kyrielle de shows passionnés servis sur de la vaisselle en argent, les (...)


Philippe Briand. La mémoire jazzy de Cornouaille

« Dans l’ombre du Mont Frugy - jazz à bâtons rompus » : le jazzman quimpérois Philippe Briand y raconte son parcours de musicien. Et celle du swing en Cornouaille depuis les années 60. Un splendide pavé numérique de quelque 300 pages publié chez (...)


0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25

RSS 2.0   Collectif Jazz Bretagne - 8 bis, rue de Ty Coat, 29510 Landrevarzec
| Se connecter | site réalisé avec SPIP